La Compagnie

cropped-logo-SAN-TITRE-5X5.jpgLa compagnie Le Mythe de la Taverne basée depuis 2007 à Colmar, poursuit une recherche artistique autour de formes théâtrales ouvertes, c’est à dire de formes spectaculaires utilisant les moyens d’expression de tous les arts (théâtre, danse, arts plastiques, musique principalement) pour aboutir à un objet esthétique relevant du théâtre.

          Cette démarche ne cherche pas à lisser chaque art pour le mettre au service du théâtre mais plutôt de trouver en chacun une force originale de confrontation. Mêler la musique, le théâtre, la danse, et les arts plastiques est une démarche devenue courante de nos jours. Encore faut-il situer chacun de ces arts dans sa spécificité et pour cela s’appuyer sur une connaissance approfondie de chaque domaine.
Cette volonté de comprendre chaque art dans sa particularité, on la retrouve dans les différentes étapes du parcours de Jean-Marc Eder, comédien et metteur en scène associé à la compagnie.

Jean-Marc Eder

Jean Marc Eder 03-439Depuis 1981 le parcours artistique de Jean-Marc Eder avance sur deux voies parallèles : Interprétation et Recherche Artistique.
Comme interprète il croise la route de différents metteurs en scène, mais c’est surtout auprès de deux personnalités qu’il approfondit son métier d’acteur :
Jean-Claude Fall (4 spectacles et une permanence au CDN de Montpellier),
Stéphane Braunschweig (14 spectacles et deux permanences, au CDN d’Orléans et au Théâtre National de Strasbourg).
Lors de ces différentes permanences à Orléans, à Montpellier et à Strasbourg, il met en place et dirige, avec le soutien des directeurs – metteurs en scène, de nombreuses actions artistiques en direction de publics variés.
Parallèlement à son expérience du jeu d’acteur, il mène une recherche artistique autour de la forme théâtrale. Tout d’abord il s’est intéressé au mouvement du corps de l’acteur. A la fin des années 80 avec Nathalie Tissot, puis avec Christian Rizzo, avec qui il crée sa première compagnie : Comment Finir. Il suit également alors plusieurs cours et stages avec Carlotta Ikeda (Danse Butoh) et Michèle Rust (Compagnie  Bagouet). Il met en place à ce moment-là un atelier hebdomadaire invitant des acteurs professionnels autour de ce travail sur le corps sans texte. C’est à partir de ce groupe d’acteurs qu’il créera ses premiers spectacles.
Enfin durant les cinq années qu’il passe dans la troupe permanente du Théâtre National de Strasbourg il s’intéresse aux multiples facettes des arts plastiques en mettant en place plusieurs lectures, spectacles et stages dans les Musées de Strasbourg. La ligne principale de ce travail étant de confronter des textes d’auteurs aux œuvres exposées. La lecture-spectacle Lambeaux rouges, vagues bleues, présentée dans le Salon de Réception Kandinsky du Musée d’Art Moderne et Contemporain de Strasbourg, représentant un moment particulier d’aboutissement de cette démarche.
En 2005, il décide de quitter la troupe du TNS afin de prendre le temps nécessaire pour synthétiser toutes ces recherches au sein de  la compagnie Le Mythe de la Taverne.